Freelance VS Salarié : 9 raisons d’être indépendant

Nombreux sont ceux qui se posent la question de leur avenir professionnel. Se fera-t-il en tant que salarié ou en freelance? Et c’est une question tout à fait légitime! Beaucoup prédisent la fin du salariat, ou en tout cas à l’émergence de nouvelles formes de travail comme le portage salarial. Ce n’est pas une hypothèse à prendre à la légère. Et si demain, nous étions tous entrepreneurs ? Être un indépendant en mode projet répondant aux besoins des entreprises, c’est une réalité que vivent déjà des milliers de personnes. Et demain, cette tendance pourrait fortement s’accentuer.

Les raisons d’être indépendant sont nombreuses. Et ça, la génération Z le sait ! Très envieuse d’un mode de vie professionnel différent de ce qu’ont pu vivre les générations précédentes, ils n’hésiteront pas à tout remettre en question pour vivre une aventure entrepreneuriale qui rime avec liberté.

Et puisque cet article s’adresse à toutes celles et ceux qui se posent la question de savoir si oui ou non, cela vaut le coup de se lancer dans l’aventure entrepreneuriale, voici 9 raisons d’être indépendant et de laisser le statut de salarié sur le bord de la route.

1 – Avoir des horaires flexibles

travail-flexible

C’est un des premiers avantages offerts par le statut d’indépendant.  Pouvoir commencer à travailler depuis son lit ou terminer un projet sur le canapé en pleine nuit, c’est une réalité pour de nombreux freelances. Et c’est aussi une forte revendication! Le salarié avec ses horaires fixes n’a évidemment pas les mêmes possibilités organisationnelles. D’ailleurs, nombreux sont les salariés à vouloir des horaires flexibles afin de mieux répondre à un équilibre vie privée / vie professionnelle toujours plus… déséquilibré.

2 – Travailler de n’importe où

Freelance VS salarié : un mode de vie totalement différent !Qu’est ce que vous ne changeriez POUR RIEN AU MONDE dans votre quotidien de freelance? A vous la parole ! #FreelancePower ► humaniance.com

Posted by Humaniance.com on Friday, July 24, 2015

Un autre avantage d’être indépendant, c’est de pouvoir travailler de n’importe où. En fait, c’est même un privilège. Que cela soit au Starbucks Cofee du coin, dans un espace de coworking où au jardin public, vous avez la liberté de gérer votre activité d’où vous le souhaitez ! Un privilège que de nombreux salariés aimeraient avoir. De plus, le changement d’environnement est propice à la créativité et à la productivité. Qu’attendez-vous?

3 – Déduire ses frais professionnels

teledeclaration-auto-entrepreneurQuand on est indépendant, on est libre de mener sa barque comme on le souhaite. Surtout, le quotidien d’un entrepreneur est fait de rendez-vous clients, de déplacements, d’acquisitions d’ouvrages, etc. Et contrairement à un salarié, le freelance a la possibilité de déduire ses dépenses professionnelles. Attention, tout n’est pas déductible. Pour en savoir plus sur les déductions, vous pouvez lire cet article : comment réduire vos dépenses professionnelles.

PS: si vous avez des questions sur la déduction des dépenses professionnelles en tant qu’indépendant, laissez-nous un commentaire en bas de cet article pour que nous puissions vous répondre.

4 – Démontrer ses compétences sur plusieurs projets

freelance-multitachesEn tant que salarié, on travaille pour une entreprise. Il y a une direction à prendre et elle est à suivre au quotidien. A la longue, cela peut devenir monotone. C’est loin d’être le cas qu’on est freelance ! En travaillant pour plusieurs clients sur des missions plus ou moins longues, on dit stop à la monotonie ! La diversité des clients et des missions proposées font qu’on  ne s’ennuie jamais. Cela demande un peu d’organisation et d’abnégation mais cela vaut vraiment le coup !

5 – Acquérir de nouvelles compétences

competencesDévelopper son business, trouver de nouveaux clients et soigner son image de marque, cela demande beaucoup d’énergie, surtout quand on est tout seul ! Quand une entreprise développe un service ou un produit, elle va s’appuyer sur plusieurs personnes, chacune dotées de compétences précises. Quand on est indépendant, on peut faire appel à des prestataires. Mais cela représente rapidement un budget qu’on n’a pas forcément en trésorerie !

C’est pourquoi de nombreux freelances développement leurs compétences en mettant « les mains dans le cambouis ». Vou voulez créer un site internet rentable pour son activité ? Passez par WordPress. Vous avez besoin de concevoir des flyers pour promouvoir votre activité ? Utilisez Photoshop. Et toutes les compétences que vous pourrez acquérir en plus de celles que vous maitrisez seront autant d’éléments à mettre en avant aux yeux de vos futurs clients.

A Lire ►  5 outils pour facturer quand on est freelance

6 – Se former pour continuer à être un freelance qui cartonne

Pour être le meilleur dans son domaine, il faut du travail, beaucoup de travail. Quand on est salarié, on ne pense pas toujours à ses droits de formation. Mais quand on est à son compte, devenir un expert est un objectif à se fixer pour séduire toujours plus les potentiels clients. Et pour atteindre ce stade, rien de mieux que la formation ! C’est le meilleur moyen pour être un freelance très attractif. Toute formation acquise est une carte de visite supplémentaire à montrer aux professionnels.

7 – Travailler plus efficacement

Créer son profil freelance sur Humaniance

Un salarié ne sera jamais aussi productif qu’un freelance. Pourquoi ? Parce qu’il ne se bat pour les mêmes enjeux. Vous êtes surpris par cette affirmation ? Et pourtant, c’est la réalité! Un indépendant est seul à bord de son bateau. Et s’il ne veut pas qu’il coule, il doit sans cesse trouver de nouveaux clients, élargir ses compétences et se former. Et comme une journée ne dure que 24 heures (que celle ou celui qui a une solution pour rallonger les journées lève le doigt !), il faut bien trouver des solutions pour travailler plus efficacement.

Cette quête permanente d’une meilleure productivité est une caractéristique typique d’un entrepreneur qui rencontrera le succès. Sur notre blog, on propose régulièrement des solutions pour travailler mieux et plus vite : écouter de la musique en travaillant, mieux gérer sa boite mail, travailler sur plusieurs écrans… parce que chaque utilisation d’un élément de votre quotidien peut être optimisé. Et comme chaque minute compte dans une vie d’entrepreneur, il ne faut pas négliger ces petits détails qui feront la différence !

8 – Être un vrai chef d’entreprise

decontraction-dans-son-travailQui n’a jamais rêvé d’être son propre patron, de décider ce qui était le mieux pour l’entreprise, de gérer ses horaires et ses priorités comme bon lui semble, de prendre ses propres décisions ? Être freelance, c’est tout ça à la fois ! Et c’est ce qu’apprécient fortement les entreprises et professionnels qui font appel à leurs services.  Parce qu’ils ont affaire à une personne responsable, consciente des enjeux qui les lient et qui se bat pour son indépendance professionnelle.

A Lire ► Pourquoi recruter un freelance ?

9 – Apprendre à mieux se connaître

Il ne faut pas se voiler la face: se lancer à son compte et être indépendant, ce n’est pas tous les jours facile. Il y a des difficultés et même des pièges dans lesquels il ne faut pas tomber. Alors bien sûr, on se documente beaucoup avant de se lancer, on cherche des personnes dans son entourage à qui poser les questions qui nous trottent dans la tête et on en écoute les témoignages des personnes qui se sont jetées dans la grande aventure de l’entrepreneuriat. Cela n’empêche pas d’être confronté un jour ou l’autre aux problèmes que rencontre un entrepreneur libre et indépendant. Et c’est justement cette expérience vécue qui permet à chacun de mieux se connaitre. Et oui, il faut rester optimiste !

C’est justement dans la difficulté que l’on apprend à mieux se connaitre. Faire face à des situations inconfortables permet de travailler son sang-froid, sa gestion du stress et des priorités ou encore son sens de la répartie. Cela permet aussi de se remettre en question, d’optimiser les process et de trouver les clés de la réussite. Quel entrepreneur n’a jamais connu d’échecs ? Qui n’est jamais tombé pour mieux se relever ? Comme l’a dit Steve Jobs lors de son discours à Stanford en 2005 : restez affamés, restez fous !

☀ Vous êtes #freelance et en activité pendant l’été ? Normal ! Vous avez fait de votre travail des vacances ! Partagez l’image pour diffuser la vague du #FreelancePower ! #FreelancePower ► humaniance.com

Posted by Humaniance.com on Sunday, July 12, 2015

À votre tour d’apporter votre contribution à cet article : quelle est la raison qui vous pousse ou qui vous a poussé à devenir indépendant ? A vos claviers!

Vous avez aimé cet article ? partagez le !

Cyrille Gandolfo
Suivez-nous!

Cyrille Gandolfo

Community Manager chez Humaniance
Passionné par les nouvelles technologies et l'entrepreneuriat, je mets mon savoir-faire au service des Ressources Humaines et des freelances!
Cyrille Gandolfo
Suivez-nous!
  • Eric

    quote: « Un salarié ne sera jamais aussi productif qu’un freelance »

    Oui effectivement cette (fausse) affirmation m’étonne car elle est fausse dans la réalité et seulement vrai dans votre point de vue certainement.

    La réalité sur le marché notamment développeur ou graphiste est que plus de la moyenne des freelances en informatiques n’ont pas les compétences requises sur bien des projets d’entreprises.
    Un constat non seulement dont bien de nos clients ont pu faire, mais aussi des SSII et entreprises informatique. Au moins 70% des freelances dans certains domaine tel que le webdesign ou la programmation web n’avaient pas les compétences des pratiques attendus.

    C’est énorme mais un constat dont même sans avoir de calculatrice lorsque l’on est à la bonne place on peut s’apercevoir.
    Dans le domaine salariale j’ai travaillé dans pas mal d’entreprise ou vue comment certain travaillait dans d’autres, et déjà on constate aussi un manque cruel sur les bonnes pratiques à adopter sur les projets web et mobile.
    Après bien des réflexions afin d’en chercher la cause, hormis le fait que j’avais un excellent cv, je ne dis pas ça pour me faire brosser mais un constat au point de vue du marché, mais non sans mal non plus sur le fait d’effectuer beaucoup de travail en autoformation et de veille techno.
    Ce constat est en réalité dû aux méthodes et réflexes que beaucoup d’individus peuvent avoir sur un marché.
    Et je ne dis pas ça que pour les developeurs ou graphistes, mais aussi des responsables, manager, chef de projets etc…

    On tombe en plein dans la morale du borgne se prenant pour un roi au royaume des aveugles. C’est exactement comme être le meilleur au milieu des plus médiocres.
    Certains pourraient se sentir offusqué de ce que j’avance, mais déjà se sentir visé par ce que je dis est un premier pas vers la lucidité et l’introspection sans doute.
    Mais c’est justement le fait que j’applique l’humilité ainsi que le partage de connaissance qui fait que je reste à un haut niveau.
    Donc au lieu de se dire « je vais inventer un algorithme » j’entreprends la démarche de « quelqu’un l’a certainement pensée avant moi » résultant d’une recherche sur le web.
    Ce qui me permet d’entreprendre justement des développements dans des domaines ou concepts que l’on n’a pas encore créé.
    On rencontre un tel décalage dès fois avec certains pseudo professionnels ayant pourtant plus d’années d’expériences qu’il faut bien chercher d’où peut provenir le problème.
    Majoritairement les gens n’aiment pas trop qu’on leur mettent la vérité en face d’eux, moi même ça peut me faire grincer si quelqu’un me jette « sa » vérité en pleine figure, mais au contraire j’entrevoie plus une occasion d’introspection me permettant d’identifier si « sa » vérité n’est pas « la » vérité concernant certaines de mes compétences.
    De ce faite on ne fait que progresser et bonifier ses compétences.

    Lorsque vous apprenez le métier de référenceur, webdesigner ou ergonome à des gens dont cela devrait être leur métier, qu’ils n’ont que ça à faire, mais que vous vous retrouvez bien plus compétent qu’eux, il y a de quoi sérieusement remettre en question ses compétences réels dans un milieu.
    Ce que je déteste ce sont bien les fanfarons prenant de hauts les autres alors que ces derniers sont à l’âge de pierre concernant les méthodes ou connaissances qu’ils ont dans un domaine.
    Quand j’explore un domaine, je l’explore à fond mais cela ne signifie pas pour autant que je vais perdre mon temps à apprendre des stratégies ou pratiques d’un domaine qui n’existent qu’en théorie mais dont en pratique ne sont pas du tout applicable.
    On enlève la matière superflue afin de ne garder que l’essentiel, et c’est applicable dans tous les domaines notamment.

    • Bonjour Eric et merci d’avoir pris le temps de rédiger un si long commentaire !

      « Un salarié ne sera jamais aussi productif qu’un freelance » ► cet argument repose sur des retours d’expérience exprimés par des recruteurs, managers et chefs de projet qui ont collaboré avec des freelances. Ils ont généralement affaire avec des personnes qui sont plus motivées, plus enthousiastes, plus passionnées. Entendons-nous bien : c’est un fait, pas une généralité !

      Il arrive malheureusement que le client soit déçu par le travail final d’un freelance. L’objectif est de réduire au minimum ce taux d’insatisfaction. Pour cela, la formation en continu est indispensable pour tous les indépendants ainsi qu’une meilleure communication entre client et freelance.

      Tout n’est pas rose mais nous pouvons contribuer tous ensemble à améliorer l’image des freelances auprès du grand public et surtout des professionnels en recherche de personnes compétentes.

      A très bientôt sur le blog.
      Cyrille

  • Chloé Bahuaud

    Bonjour ! J’aimerais des précisions sur le point 3 s’il vous plaît. Déjà, vous parlez pour ce même point de « réduction » et de « déduction ». Qu’entendez-vous par ce dernier ? On peut demander à son responsable de déduire ses frais (de déplacements par exemple) mais lorsqu’on est soi-même son patron ? A qui demande-t-on ?

  • emilie dubois

    Bonjour et merci pour votre article qui donne du punch!
    Depuis la fin de mes études, je rêve de travailler en free lance; me voilà aujourd’hui 30 ans, plus de 10 ans d’expérience salariée, la monotonie me gagne malgré un poste très divers et l’envie de changement est de plus en plus récurent.
    Je cherche des informations sur le double poste de transition
    employée/indépendante, quelles sont les obligations/charges, qu’en est-il pour la sécurité sociale/mutuelle/assurance?
    Merci de votre retour