Freelances et Big Data : des opportunités à saisir !

Selon Peter Drucker, consultant en management d’entreprise, le changement est toujours une opportunité, la condition de « l’innovation systématique ». Or, tous les spécialistes le proclament, tous les acteurs du milieu économique et technologique : jamais le monde n’a été plus sujet au changement qu’aujourd’hui ! Et cette mutation est tout spécifiquement prégnante dans le développement du Big Data, ce que les entreprises ont bien compris.

D’après une étude réalisée par Tech Pro Research et publiée le 14 avril 2016, 49% des grandes entreprises s’organisent en vue de mettre en place des solutions de Big Data. L’évolution rapide du secteur des mégadonnées fait que nombre d’entre elles ont été prises de court.
Mais, avant de déterminer pourquoi est-ce une opportunité, EN PARTICULIER POUR VOUS, FREELANCES, on va poser les fondements : qu’est-ce que le Big Data? Quels domaines englobe-t-il et quelle est véritablement son utilité?

QU’EST-CE QUE LE BIG DATA?

En une phrase, c’est la collecte, la gestion et l’analyse des informations de masse. Cette appellation suppose qu’à un certain moment les données deviennent tellement volumineuses qu’il est nécessaire d’inventer de nouvelles technologies et de nouvelles pratiques pour les capter et en déterminer le sens. Son principe repose sur les 3 V:

– Volume: la quantité des données, dont la majorité provient du commerce web et des réseaux sociaux.
– Vélocité: le renouvellement permanent des données, ainsi que les mises à jour constantes…
– Variété: les données traitées se déclinent en une multiplicité de formats: texte, image, numérique…

Mais on peut ajouter un quatrième V: «Valeur». À quoi sert le big data? À collecter des informations qui permettront de gagner en temps et en efficacité, et cela dans quasiment tous les domaines: multimédia, politique, culture, économie, management et marketing, médical, etc. Aujourd’hui, rares sont les secteurs d’activité qui ne recueillent pas les données de leurs utilisateurs. Mais tout l’enjeu du big data, c’est d’être capable de gérer cette masse de données. On sait, par exemple, que c’est une des problématiques de la NSA. La NSA a des yeux et des oreilles partout, mais à ce jour elle a toujours des difficultés à analyser toutes ces informations en temps et en heure.
Mais aujourd’hui nous nous focalisons sur le big data dans l’entreprise. Pour quelle utilité? Essentiellement ce que l’on appelle «le marketing prédictif». Les données collectées vont permettre de dresser des profils clients caractérisant leurs habitudes consommationnelles.

EXPLOSION DU BIG DATA: UNE AUBAINE POUR LES FREELANCES!

Comme nous l’avons vu, 1 grande entreprise sur 2 cherche à solutionner les difficultés liées au big data. Et quelle est la principale mesure envisagée? Faire appel à des freelances spécialisés dans le domaine. Pourquoi? Tout simplement parce qu’elles ne disposent pas en interne des moyens de palier les écueils de la gestion des mégadonnées. Quand une entreprise embauche un salarié, elle l’embauche en fonction de ses besoins spécifiques du moment. Or, la singularité du big data, c’est que son évolution incessante crée en permanence une nécessité d’adaptation, tant en compétences humaines qu’en moyens techniques. Pour répondre à cette exigence, l’entreprise n’a pas d’autre choix que d’externaliser. Si vous êtes freelances, si vous êtes compétents dans le management des données massives, c’est pour vous une aubaine. Pour bien le comprendre, notons les 2 points suivants :

– Lors de la 5e édition du Salon Big Data qui s’est tenue à Paris les 7 et 8 mars derniers, il est ressorti que le retard des PME en France était dû au déficit de «data scientists». Il a été rappelé que la force d’enseignes alternatives, telles que Uber ou Netflix, a résidé dans leur capacité à utiliser les données de masse et que les grandes entreprises françaises n’ont pas d’autre choix que de rattraper leur retard. Le journal Les Echos du 9 mars 2016 cite les propos de Vincent Galinier, responsable des projets big data chez Airbus: ‘Le big data va continuer avec nous ou sans nous’. Cette nécessité, comme nous venons de l’indiquer, est également impérieuse pour les PME. Or, rappelons-le, la France compte actuellement 3,5 millions de PME. Le Rapport PME 2015, publié par l’Observatoire des PME, précise par ailleurs: «La plupart des pôles font appel, dans leurs domaines respectifs, aux outils numériques pour développer leur activité.» (P.123) Le besoin de spécialistes en matière de traitement de données de masse est donc fondamental. Le journal Les Echos précité évoque, sur cette question, la pénurie des professionnels aptes à répondre à cette attente des entreprises: «On compte moins de 300 diplômés en data science par an, alors que le marché en nécessite de 5 à 10 000.»

– Le freelancing et le big data affichent l’un et l’autre une tendance haussière: c’est désormais un lieu commun que les freelances sont en train de prendre le pouvoir dans le marché du travail. Depuis une dizaine d’années, la masse salariale ne cesse de décroître, à tel point que le gouvernement a annoncé le 18 janvier un plan d’urgence pour endiguer cette tendance. Aux États-Unis, 42 millions des travailleurs sont freelances, soit 1 américain sur 3 et MBO Partners prédit qu’en 2020 ce sera 1 américain sur 2. La France, elle, compte 700 000 freelances, soit un accroissement de 85%, selon les chiffres d’études récentes. L’Express du 8 août 2015 annonce, en outre, que d’ici 2035, 30% des Français seront freelances.
En parallèle, les besoins relatifs au big data sont annoncés comme encore plus impératifs dans les années à venir: une étude réalisée par le cabinet IDC révèle que d’ici 2018, le marché du big data dépassera les 41 milliards de dollars et qu’en 2020, 40 000 milliards de gigaoctets (40 zettaoctets) seront produits par Internet. Défi technologique pour les datacenters, mais surtout pour les entreprises qui n’ont ni le temps, ni les capacités de se mettre à jour en interne. Elles n’ont et n’auront pas d’autre choix que de faire appel à des prestataires externes. Freelances, êtes-vous prêts à répondre à leurs attentes?

LA «RUÉE VERS LE BIG DATA»!

Le programme du Congrès du Big Data tenu à Paris en mars dernier comportait une table ronde intitulée: «Recrutez les compétences-clés de vos projets big data». Il s’agissait de mettre en relief les compétences les plus en adéquation avec les enjeux du big data. Les intervenants ont notamment mis en évidence les profils suivants: data managers, architectes, chefs de projet, data scientists. À cela s’ajoutent des compétences spécifiques fondées sur les demandes des entreprises :

– le développement: backend, web, et mobile.
– les langages informatiques: Java, Php, et Ruby
– les logiciels de base de données: MySQL, Oracle, et Mongodb

Enfin, le quotidien Le Monde du 12 avril 2016 estime que d’ici 2020, selon les chiffres du gouvernement, la France devrait créer 137 000 emplois grâce au big data. Les secteurs concernés sont principalement les banques, la recherche médicale, les télécoms, et les cabinets de conseil, selon la chasseuse de tête, Judith Tripard.

Le 24 janvier 1848, James Marshall découvre de l’or dans la scierie Sutter’s Mill. Cette découverte est le début de la «ruée vers l’or» en Californie. Des dizaines de milliers d’Américains, mais également des migrants, voient là l’opportunité de faire rapidement fortune. Aujourd’hui, beaucoup l’ont compris, les opportunités sont dans le big data.

Vous avez aimé cet article ? partagez le !

humaniance
Suivez-nous!

humaniance

Révélateur de freelances! chez Humaniance
Missions et emplois pour freelances, CV en ligne, Forums de discussion, services pour recruteurs et entreprises.
humaniance
Suivez-nous!